Bravo à nos bénévoles

Les bénévoles jouent un rôle essentiel dans toutes les municipalités canadiennes. Peu importe si l’on se trouve dans un quartier défavorisé du centre-ville ou dans un petit village paisible, les bénévoles sont toujours là et font toujours une différence. La dernière semaine du mois d’avril est donc consacrée à reconnaître leurs efforts et à leur exprimer notre gratitude.

Cette année, la Semaine de l’action bénévole aura lieu du 23 au 29 avril, et son thème est proprement canadien : « Le bénévolat, hein? » Elle vise à honorer l’esprit d’entraide qui caractérise si bien les Canadiens. Ce trait de caractère est si important qu’il méritait une forme de reconnaissance. Je peux moi-même le constater chaque fois que je marche sur la rue Wellington près de la Chambre des communes, à Ottawa, où une statue de Terry Fox a été érigée.

Terry Fox est probablement le meilleur exemple des répercussions positives que le bénévolat peut avoir. Sa course à travers le pays visant à amasser des fonds pour la recherche sur le cancer a marqué l’imaginaire des Canadiens. Même s’il n’a pas réussi à parcourir le pays d’est en ouest, des dizaines de milliers de Canadiens se souviennent encore de lui aujourd’hui. Plus de 37 ans plus tard, son action bénévole demeure l’une des mieux connues de l’histoire canadienne. La fondation portant son nom a amassé 715 millions de dollars à ce jour, ce qui est bien supérieur à l’objectif de Terry Fox, qui souhaitait que chaque Canadien donne 1 $ à sa cause.

Si le bénévolat est si répandu au Canada, c’est peut-être parce que notre pays est formé de petits villages, mises à part quelques grandes villes. Dans les petites communautés, le bénévolat peut pallier à un manque de ressources et avoir une incidence positive dans la vie des gens au quotidien. Les bénévoles sont donc le ciment qui solidifie nos communautés. 

Il existe une multitude de façons de faire du bénévolat. Si certaines sont évidentes, d’autres le sont moins, comme un voisin qui propose son aide à une personne malade ou invalide. Ces engagements sont moins exigeants que pour les bénévoles qui travaillent auprès d’enfants et qui doivent subir une enquête de sécurité. Pourtant, ces actions informelles sont ce qui soude nos quartiers et préservent la civilité. 

Il va sans dire que le bénévolat est une bénédiction pour la société, mais il a aussi des répercussions positives chez ceux qui le pratiquent. En effet, les bénévoles ont un sentiment de raison d’être, ce qui explique peut-être pourquoi tant de gens choisissent de s’impliquer. Des données récentes démontrent que près de la moitié des Canadiens font une certaine forme de bénévolat. Le taux de participation le plus élevé est observé chez les adultes de 55 ans et plus. Cela est sans doute lié au fait que ce groupe d’âge est celui qui a le plus de temps libre à consacrer au bénévolat.

Bénévoles Canada affirme que le bénévolat aide les gens à demeurer actifs et connectés à leurs communautés, et qu’il peut contribuer grandement à mieux vieillir, tant sur le plan physique que sur le plan social. Certaines études ont constaté une diminution des maladies liées au stress, une meilleure estime de soi et une diminution du sentiment d’isolement chez les aînés canadiens qui font du bénévolat.  

Peu importe la raison qui incite les gens à faire du bénévolat, il est clair que les bénévoles enrichissent nos communautés et notre pays. Nous grandissons grâce à ces interactions avec nous développons davantage de compassion. C’est pourquoi il est bon de prendre une semaine pour mettre l’accent sur les retombées positives du bénévolat. Nous pouvons ainsi remercier tous les bénévoles qui s’investissent et qui contribuent à l’essor de leur communauté.