Le congé civique : digne d’être célébré

 Même si, pour bien des gens, le congé civique ne représente qu’une journée de plus loin du boulot, on ne saurait surestimer ce qu’il représente. Ce jour — le premier lundi d’août — est souvent l’occasion de grands rassemblements estivaux, de pique‑niques et de barbecues, et à juste titre, car il permet de souligner et de célébrer notre patrimoine culturel pluriel, notre société ainsi que nos droits et devoirs de citoyens.

 En Ontario, cette journée est souvent l’occasion de rappeler un personnage marquant de l’histoire locale; toutes sortes de noms lui sont ainsi associés. Pour les Torontois, c’est la fête de Simcoe, qui rend hommage à John Graves Simcoe, fondateur de York, nom initial de la ville reine. Dans la capitale, le 1er août  est la fête du Colonel By, en l’honneur du fondateur de Bytown — devenue Ottawa —, John By, à qui on doit en outre la construction du canal Rideau. À Guelph, à Burlington et à Sarnia, c’est la fête respectivement de John Galt, de Joseph Brant et d’Alexander MacKenzie, mais la liste est encore longue : d’innombrables petites localités ont leur propre fête; pour les autres, la journée est le congé civique, tout simplement.

Bien sûr, le mérite d’avoir fait du Canada le pays que nous connaissons aujourd’hui ne revient pas strictement aux personnages historiques. Profitons de la journée pour nous rappeler et célébrer les personnes qui ont joué un rôle structurant pour bâtir les collectivités où nous vivons, comme nos proches, les bénévoles et les petits entrepreneurs, qui sont autant de héros du quotidien. Ne passons pas leur contribution sous silence et ne manquons jamais de leur manifester notre soutien, par exemple en optant pour l’achat local, qui favorise une économie régionale florissante. Acheter des produits locaux, c’est loin d’être aussi difficile que cela peut paraître, et les retombées sont nombreuses, notamment au chapitre de l’emploi et de la préservation des cultures régionales. Après tout, ne nous le cachons pas : tout le monde adore aller faire un tour au marché!

 C’est ce qui explique que le congé civique est peut‑être l’un des jours fériés les plus importants; pourtant, ce n’est pas encore une fête légale au Canada, alors beaucoup de gens ne peuvent pas en profiter à moins de demander expressément congé. Il faudrait absolument rectifier le tir afin que tous les Canadiens, et non seulement les fonctionnaires et les employés des grandes entreprises, puissent la chômer. Quiconque affirme que le Canada a bien assez de fêtes légales n’a qu’à regarder ce qui se fait ailleurs dans le monde.

L’Autriche, la France et la Suède ne sont que trois exemples parmi une longue liste de pays ayant davantage de fêtes légales que le Canada. Or, ces pays rapportent également un bonheur national brut plus élevé que celui du Canada. Difficile de ne pas se demander s’il existe un lien causal entre ces deux facteurs!

 Il faut aussi se demander si le nombre de fêtes légales a une incidence sur la productivité. En effet, les trois pays ci‑dessus rapportent de surcroît une productivité horaire plus élevée que celle du Canada; mais bon, ce n’est peut‑être qu’une coïncidence…

 Quoi qu’il en soit, le principal, ce n’est pas de s’en tenir aux statistiques et aux palmarès, mais bien de réfléchir à ce que l’on souligne, et le congé civique est l’occasion de célébrer tous nos accomplissements communs.

Sur ce, je vous souhaite une excellente longue fin de semaine.