Le gouvernement a encore un rôle à jouer dans la transition des services voyageurs

Ottawa – L’accord selon lequel Railmark Canada s’occupera des services voyageurs de l’Algoma Central Railway pourrait assurer le service des trains de passagers pendant des années, selon la députée d’Algoma-Manitoulin-Kapuskasing, Mme Carol Hughes.

« C’est un pas dans la bonne direction, mais il est évident que la compagnie compte sur le gouvernement fédéral pour assurer la transition entre les subventions et l’indépendance financière, a déclaré Mme Hughes. C’est clair depuis le début que le gouvernement aura un rôle à jouer pour régler le problème qu’il a lui-même créé. »

Elle a loué les efforts du groupe de travail, formé de multiples acteurs, qui a joué un rôle essentiel dans le processus qui a finalement attiré Railmark à l’Algoma Central Railway.

« Je crois qu’on devrait parler des services voyageurs au passé, si le groupe qui a défendu le projet n’avait pas été aussi fort et motivé, a affirmé Mme Hughes. Cela dit, il semble qu’on doit encore une fois bien faire comprendre au gouvernement qu’il doit continuer à jouer un rôle dans la transition vers l’indépendance financière. »

Selon elle, malgré la possibilité d’une solution à long terme, les entreprises et les localités qui dépendent des trains de passagers s’inquiètent de la perspective d’un engagement encore inconnu alors que la onzième heure approche pour une deuxième année consécutive.

« On me dit que l’incertitude joue sur les réservations puisque les touristes n’aiment pas faire un dépôt pour des vacances qu’ils ne sont pas sûrs de pouvoir prendre, a déclaré Mme Hughes. Voyager par train vers un lieu éloigné attire de nombreux touristes, mais on leur dit que le voyage aura “peut-être” lieu parce que le gouvernement hésite à prendre une décision pour une deuxième année de suite. »

La compagnie Railmark demande au gouvernement de lui verser 7 millions de dollars sur 5 ans pour lui permettre d’en arriver au point où elle pourra envisager une exploitation à long terme sans subvention.

« Cette somme représente moins de la moitié de ce que le gouvernement aurait dû payer selon l’ancien accord et assurera d’importantes économies relié aux trains de voyageurs et garantira des centaines d’emplois dans le domaine, par la même occasion, a dit Mme Hughes. Il nous reste du travail à faire avant que le gouvernement accepte, mais je pense que c’est un pas dans la bonne direction. »