Les compressions dans une initiative locale d’éducation visent à côté de la cible de l’engagement à combler le déficit de financement — Hughes

Elliot Lake – Les programmes du Kenjgewin Teg Educational Institute (KTEI) sont exactement le genre de programmes qui font véritablement une différence pour les étudiants et les communautés des Premières Nations. C’est la raison pour laquelle il est si difficile de comprendre pourquoi le financement fédéral devrait cesser soudainement, a affirmé Carol Hughes, députée d’Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, commentant la nouvelle de l’annulation de la part fédérale du financement de l’établissement. Elle considère que cela va à l’encontre des promesses que les libéraux ont faites au cours de la campagne électorale.

« C’est la première fois en 20 ans que ce financement est refusé, a déclaré Mme Hughes. Cela menace l’établissement et contraste très nettement avec l’engagement du gouvernement à combler l’écart de scolarisation des Premières Nations. »

Mme Hughes a fait siennes les préoccupations soulevées par les Chefs et conseils unis de Mnidoo Mnising (UCCMM) dans une lettre envoyée à la ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord au sujet de la suppression du financement fédéral accordé à l’établissement, qui fournit une formation collégiale et universitaire à entre 50 et 75 étudiants par année.

« Je crois savoir que le plus grand défi à relever, c’est la difficulté à obtenir des ressources qui permettraient d’offrir de meilleures possibilités aux élèves autochtones, a déclaré Mme Hughes. La province continue de manifester son appui. Cependant, le problème qui se pose est la perte imminente du partenariat avec le gouvernement fédéral. »

L’UCCMM explique comment les fonds du Programme de partenariats avec des établissements postsecondaires ont été distribués à des collèges et à des universités ordinaires, au détriment des initiatives d’apprentissage dans la collectivité. Cela entraîne des difficultés pour les étudiants qui profitent des programmes du KTEI.

« Il est crucial que le financement demeure à la disposition des étudiants du KTEI, qui sont la composante la plus importante de ce dilemme, a déclaré la directrice générale d’UCCMM, Hazel Recollet. Nous avons la chance d’avoir un établissement regroupant un immense savoir. En outre, le KTEI est local, de sorte que les étudiants peuvent demeurer chez eux : tout se trouve ici. »

Mme Hughes affirme avoir écrit à la ministre pour lui demander de rencontrer les responsables de l’UCCMM afin de trouver une solution le plus rapidement possible.

« L’année scolaire est sur le point de commencer : il est donc d’importance capitale de faire progresser les choses, a affirmé Mme Hughes. J’ai bon espoir que l’on trouvera une solution qui permettra de préserver cet établissement et d’autres du même genre. La chance que cela donne à ces jeunes vaut bien un petit effort supplémentaire de la part de tous. »