Les jeunes Canadiens ont-ils été laissés pour compte dans le dernier budget libéral?

Tandis que l’analyse du budget retient l’attention après une élection qui a donné à des milliers de jeunes Canadiens une raison de voter, les libéraux ont déjà commencé à faire marche arrière et à diluer certaines de leurs grandes promesses. Une personne cynique pourrait se demander s’il ne s’agissait pas de promesses qu’ils n’ont jamais eu l’intention de respecter.

Pour un gouvernement dirigé par un premier ministre qui est aussi ministre de la jeunesse, le budget semble reléguer ces derniers au second plan. La plupart des fonds semblent se concentrer dans des domaines qui ne les touchent pas directement.

Voici où le gouvernement commence à reculer. L’initiative Emplois d’été Canada, qui vise à créer 35 000 nouveaux emplois par année, semble être une très bonne nouvelle. Or, elle est un peu moins impressionnante lorsqu’on sait que la proposition originale prévoyait la création de 40 000 emplois. Ce qui est inquiétant, c’est que le taux de chômage chez les jeunes oscille autour de 13 %, soit presque le double de la moyenne nationale. De plus, seulement 15 % des enfants du millénaire ont droit à l’assurance-emploi lorsqu’ils perdent leur emploi, ce qui est particulièrement difficile compte tenu de la triste réalité des emplois précaires et temporaires qui s’impose dans leur groupe d’âge.  

Au cours de la campagne, les libéraux ont promis d’exonérer les employeurs offrant un emploi permanent à des jeunes âgés de 18 à 24 ans des cotisations d’assurance-emploi pendant 12 mois, ce qui leur aurait causé d’économiser jusqu’à 240 millions de dollars au cours des trois prochaines années. Or, cette promesse, tout comme celle de consacrer 10 millions de dollars par année à la mise sur pied et à l’élargissement de programmes d’apprentissage, semble être passée inaperçue dans le nouveau budget. Pour ce qui est de la promesse de mettre de côté 40 millions de dollars en vue d’offrir des stages coop à des étudiants en science, en génie, en mathématique, en technologie et en affaires, elle a été amputée de 14 millions de dollars.

Pendant la campagne, les libéraux ont promis de verser 25 millions de dollars par année dans un programme de services aux jeunes. Néanmoins, dans le budget, ils ont indiqué qu’ils consacreraient 5 millions de dollars pendant la première année du programme en vue de fournir un soutien aux collectivités qui aident les jeunes Canadiens à acquérir une expérience de travail et de vie. Les fonds augmenteront au cours des cinq prochaines années, mais le montant promis ne sera versé que dans cinq ans si, et j’insiste sur le si, tout se passe comme prévu.

Le gouvernement semble avoir dilué les promesses qu’il a faites pendant la campagne électorale. Malheureusement, cela signifie que rien ne changera pour les Premières Nations et les jeunes qui subissent du racisme, qui continueront d’être marginalisés et d’être aux prises avec l’un des taux de chômage les plus élevés. Voilà de quoi alimenter le cynisme chez les jeunes dont l’optimisme a été refroidi une fois le dépouillement des votes terminé.