Noël est la période de l’espoir et de l’optimisme.

À une époque où le monde devient de plus en plus incertain, il peut être rassurant de revenir aux choses simples de la vie qui nous réconfortent. Dans cette optique, vive le temps des Fêtes et vivent les célébrations joyeuses qui nous donnent l’occasion de nous intéresser à nos amis et à nos proches.

Pour plusieurs, Noël est le seul moment de l’année où ils peuvent entrer en contact avec des personnes qu’ils ne côtoient plus aussi fréquemment. Une carte, un message ou un coup de téléphone pour transmettre des vœux lors des Fêtes sont des façons de conserver des amitiés et de montrer à des personnes qu’on pense encore à elles. Bien que certains ressentent une certaine pression pour entrer en contact avec des personnes, pour la plupart, le temps des Fêtes est un moment parfait pour le faire.

Le temps des Fêtes est également un moment de l’année où les communautés se réunissent. Les défilés du père Noël, les soupers de Noël annuels et d’autres activités offrent aux gens l’occasion de voir des voisins et de fêter ensemble. C’est également le moment, alors qu’il y a tellement de belles choses qui se font, d’aider les personnes parmi nous qui sont dans le besoin. Les très nombreux bénévoles qui participent à des campagnes de collecte d’aliments, de cadeaux et autres devraient être félicités pour tout ce qu’ils font pour garder nos collectivités enracinées dans les valeurs que nous partageons en aidant les plus vulnérables parmi nous.

Pour revenir à ce que j’ai écrit en introduction, les événements qui ont eu lieu dans le monde dans les dernières décennies ont donné lieu au climat politique mondial le plus incertain. Des parents doivent aujourd’hui avoir des discussions avec leurs enfants semblables à celles qui avaient lieu pendant la Guerre froide. Ceci dit, le message de paix et de joie de la période des Fêtes prend plus d’importance aujourd’hui qu’il n’a eu depuis un bon moment. Mais malgré ces événements inquiétants, il y a toujours de l’espoir.

Cette semaine, j’ai animé une réception sur la Colline parlementaire pour souligner le prix Nobel de la paix qui a été remis à la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) ainsi qu’à la directrice générale de cette organisation, Setsuko Thurlow. Mme Thurlow est une survivante de la bombe atomique qui a été larguée sur Hiroshima, au Japon. Elle vit aujourd’hui à Toronto et, dans le cadre de son travail avec l’ICAN, elle a joué un rôle déterminant dans l’adoption, par l’Organisation des Nations Unies, d’un traité historique d’interdiction des armes nucléaires.

Mme Thurlow n’avait que 13 ans lorsque la bombe qui changea sa vie à jamais a été larguée. Son dévouement pour la paix et le désarmement nucléaire a incité plusieurs personnes à se joindre à elle dans ses efforts. Au moment où nous célébrions les réalisations de l’ICAN, Mme Thurlow se trouvait, elle, en Norvège pour recevoir le prix Nobel de la paix avec d’autres membres de l’organisation. Toutefois, la salle était pleine, plusieurs discours éloquents ont été prononcés, et le 95e anniversaire de naissance du militant de longue date, Murray Thomson, également récipiendaire de l’Ordre du Canada et d’une Médaille Pearson pour la paix, a même été souligné.

Cet événement m’a rappelé que, même s’il existe des forces au-delà de notre contrôle qui peuvent parfois mener au désespoir, il y a également plusieurs personnes parmi nous qui cherchent tous les jours à rendre notre monde meilleur. Ces efforts ne peuvent pas toujours capter l'attention, mais ils inspirent et font une si grande différence.

Sur ce, je vous souhaite un Joyeux Noël et une bonne et heureuse année!