SELON MME HUGHES, L’APPROBATION DU PARLEMENT EST NÉCESSAIRE POUR L’ENVOI DE TROUPES EN IRAQ

Ottawa – Le premier ministre devrait respecter ses engagements quant à la participation du Canada aux conflits armés, selon la députée d’Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, Carol Hughes. 

Celle-ci a pris part à un débat d’urgence sur l’envoi de troupes canadiennes en Iraq, mardi soir, après qu’il soit devenu évident que les conservateurs n’allaient pas saisir le Parlement de cette question. L’envoi de troupes constitue une volte-face pour le premier ministre, qui avait pourtant fait des promesses claires à ce sujet à maintes reprises, dont les plus récentes remontent à peine à 2009. 

Mme Hughes trouve frustrant que le gouvernement se serve de la lutte contre les terroristes de l’EIIL pour diviser les députés sur le processus démocratique nécessaire pour permettre au Canada de venir en aide au gouvernement iraquien. 

« Le gouvernement envoie de nouveau des troupes sans vraiment définir la mission, ce qui est très problématique. » dit Mme Hughes

Selon la députée Hughes, les néo-démocrates ne demandent rien de plus que l’usage à bon escient de nos institutions démocratiques, lesquelles ne peuvent être mises de côté pour de simples raisons pratiques – ou pour tenter de faire paraître l’opposition sous un mauvais jour.

« Le débat d’urgence de ce soir porte sur l’occasion que les parlementaires devraient avoir non seulement de débattre, mais aussi de voter sur le sujet, a ajouté Mme Hughes. Le gouvernement avait promis de donner cette même occasion aux parlementaires en ce qui concerne les missions. »

D’après Mme Hughes, les députés ont le droit de connaître les faits, et la version du gouvernement est tout sauf claire jusqu’à maintenant. Elle est aussi consternée que Tom Mulcair est le seul chef de parti qui ait pris part à ce débat.

« Ce qu’on nous a demandé, c’était de l’aide humanitaire, soit de l’eau, des produits hygiéniques, des abris et autres choses dont on avait vraiment besoin, a indiqué Mme Hughes. Or, le gouvernement envoie des troupes à la place de l’aide humanitaire. »