Succession de déraillements de train dans le Nord de l'Ontario : Hughes

Ottawa – Le gouvernement prétend intervenir comme il convient dans le cas des déraillements successifs, mais rien ne changera s’il permet à l’industrie ferroviaire de s’autoréglementer, de l’avis de la députée d’Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, Mme Carol Hughes.

À la période des questions hier, Mme Hughes a parlé des derniers déraillements dans le Nord de l’Ontario et a souligné que les préoccupations environnementales trônaient désormais au sommet des priorités des habitants de cette région.

« Le Nord de l’Ontario vient de subir un troisième accident de train en moins d’un mois. Deux se sont produits à Gogama et l’autre, entre Hornepayne et Oba. Les deux derniers sont survenus à quelques jours d’écart, au cours de la dernière semaine, a affirmé la députée Hughes. Les gens du Nord de l’Ontario craignent pour leur sécurité et redoutent la détérioration totale de la qualité de l’air et de l’eau. »

Selon la députée Hughes, les trains continuent à dérailler, et les wagons qui contiennent des produits inflammables, à flamber même si des mesures ont été prises après la tragédie de Lac-Mégantic.

« Samedi, il y a eu un autre déraillement de train dans le Nord de l’Ontario, poursuit-elle. Cette fois-ci, 35 wagons transportant du pétrole ont déraillé et pris feu. Il y a trois semaines, au même endroit, 30 wagons du même type ont été impliqués dans un autre déraillement. Or, le BST avait conclu que ces nouveaux wagons 111 ne fonctionnaient pas mieux que ceux de Lac-Mégantic. »

La députée Hughes estime que le gouvernement ne protège pas suffisamment les Canadiens et craint de voir des trains transportant des produits inflammables traverser encore des petites villes. Elle exhorte la ministre à adopter des normes de sécurité plus sévères pour protéger la population.