Vieille tradition pour la nouvelle année

Alors que la nouvelle année est à nos portes, de nombreuses personnes songent à prendre une résolution. Généralement, ces dernières visent à améliorer notre vie d’une manière ou d’une autre, mais peu importe l’objectif, l’idée de prendre une résolution au Jour de l’an est bien ancrée dans notre société. Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre qu’il s’agit d’une pratique ancienne.

Comme bon nombre de nos traditions, prendre des résolutions au début de la nouvelle année nous vient du monde religieux. À Babylone, les gens faisaient des promesses à leurs dieux, retournaient des articles empruntés et payaient leurs dettes avant le début de la nouvelle année. La pratique qui consiste à faire table rase est toujours appliquée dans différents endroits, dont le Japon. Les Romains faisaient des promesses au dieu Janus et les chevaliers de l’époque médiévale prononçaient des vœux à cette période de l’année. La tradition chrétienne comprend un service en soirée la veille du Jour de l’an et de nombreuses personnes estiment que le carême, qui met l’accent sur l’amélioration personnelle, permet d’utiliser la nouvelle année comme nouveau point de départ.

La nouvelle année est sans contredit un symbole et peut être vue comme un canevas vierge pour nos inspirations. Tout le monde ne profite pas de ce renouveau, mais pour ceux qui le font, il y a de bonnes nouvelles. Une étude en psychologie réalisée en 2009 a révélé que 46 % des personnes qui prennent des résolutions communes comme perdre du poids, faire de l’exercice ou arrêter de fumer sont dix fois plus susceptibles de réussir que celles qui ne prennent pas de résolution, mais qui tentent d’atteindre les mêmes résultats. Il doit y avoir quelque chose dans ce processus qui aide à cristalliser la détermination. 

Les mauvaises nouvelles concernent le pourcentage de personnes qui ne donnent pas suite à leurs résolutions. Ces chiffrent sont assurément élevés, ils peuvent atteindre 90 % à certains égards. Se concentrer sur les éléments négatifs n’est toutefois pas utile. Il faut plutôt penser aux personnes qui parviennent à arrêter de fumer à la première tentative, alors qu’on sait qu’il faut en moyenne de 8 à 14 tentatives pour se débarrasser de cette mauvaise habitude. Ces personnes arrivent à déjouer les statistiques et de nombreuses autres personnes espèrent avoir la même chance lorsqu’elles  choisissent la nouvelle année comme point de départ pour leurs résolutions. Décider que le jeu n’en vaut pas la chandelle parce la plupart des gens abandonnent leurs résolutions n’est pas utile ou encourageant. Chaque journée où on tente d’être en meilleure santé est une victoire, quoi qu’il arrive. 

Il en va de même pour toutes les sortes d’améliorations et tous les défis que nous nous fixons. Ils résultent souvent d’une introspection, à laquelle il est toujours bon de se livrer. En fait, personne ne nous connaît mieux que nous-mêmes. Nous pouvons parfois nous tromper de direction, mais dans notre cœur, nous savons généralement qui nous sommes et ce que nous devons faire.

Les études indiquent aussi que les résolutions ont tendance à être plus efficaces lorsqu’elles ne comprennent pas des changements majeurs du mode de vie. Se fixer des objectifs et s’attaquer petit à petit à un comportement que vous désirez changer a de meilleures chances de réussir que d’essayer d’adopter des changements radicaux. Quelques chanceux arrivent à changer leur vie au pied levé, mais la plupart des gens sont attachés à leurs habitudes et répondent mieux aux changements graduels.

Que vous preniez une résolution ou non, je profite de l’occasion pour vous offrir mes meilleurs vœux pour l’année à venir.

Bonne et heureuse année!