LE NPD PROPOSE DES MESURES SÉVÈRES POUR PROTÉGER LES GRANDS LACS CONTRE UNE CARPE ENVAHISSANTE

Elliot Lake – Les ravages que pourrait causer à la biodiversité des Grands Lacs leur invasion par la carpe asiatique requièrent une approche comportant plusieurs volets, dont l’adoption de mesures réglementaires sévères, affirment les députés néo-démocrates qui ont décidé de combler les lacunes existantes par un projet de loi lorsque la Chambre reprendra ses travaux à l’automne.

« Ce projet de loi offre au gouvernement la possibilité de prendre des mesures qui renforceront, immédiatement et concrètement, les dispositions mises en place pour assurer la protection de ces ressources précieuses que sont nos Grands Lacs, a déclaré le porte-parole néo-démocrate pour les Grands Lacs, Brian Masse, député de Windsor-Ouest. Il suffirait que moins de deux douzaines de carpes envahissantes accèdent aux Grands Lacs pour que se développe une population qui causerait des dégâts écologiques irrémédiables aux écosystèmes et aux économies locales qui en vivent. »

Le projet de loi néo-démocrate vise à protéger les espèces indigènes des Grands Lacs en interdisant l’importation de carpes asiatiques à moins que celles-ci ne soient mortes et éviscérées, une nouvelle mesure importante puisque ce poisson peut survivre jusqu’à 48 heures hors de l’eau. Ce projet de loi renforcerait le pouvoir que possèdent les agents de l’ASFC de faire appliquer la loi et augmenterait les amendes minimales en cas d’infraction.

« Nous espérons que les conservateurs examineront avec soin ses propositions pragmatiques et finiront par prendre des mesures concrètes, a déclaré Carol Hughes, députée d’Algoma-Manitoulin-Kapuskasing. Ce projet de loi constitue une solution simple et économique de protection des Grands Lacs contre cette carpe envahissante, et le Canada se doit d’envisager des mesures réglementaires dans le cadre de son approche. »

Les néo-démocrates travaillent, en collaboration avec des représentants du Syndicat des douanes et de l'immigration, des entreprises qui vivent de la pêche dans les Grands Lacs et des associations de pêche récréative, à promouvoir ce projet de loi qui sera présenté au Parlement à l’automne