L’égalité des femmes, c’est sensé et payant

La Journée internationale des femmes, qui est soulignée le 8 mars de chaque année, a une longue histoire enracinée dans le mouvement des suffragettes et le socialisme. Il faut admettre que depuis que cette journée est soulignée, soit depuis plus de 100 ans, la situation d’un grand nombre de femmes s’est améliorée. Toutefois, la célébration de ces avancées sociales, économiques, culturelles et politiques réalisées demeure tout aussi importante aujourd’hui que lorsque tout a commenté, en 1909.

Aujourd’hui, la Journée internationale des femmes est accueillie favorablement dans l’ensemble du spectre politique et partout dans le monde. Le thème de cette année est «L’heure est Venue», étant entendu que, maintenant plus que jamais, il y a un appel à l’action ferme pour faire avancer les choses et faire progresser la parité entre les sexes. Bien qu’il soit vrai que des progrès ont été réalisés, le Global Gender Gap Report de 2017, un rapport publié par le Forum économique mondial sur l’écart entre les sexes, explique que la parité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte avant 200 ans!

De nos milieux de travail jusqu’aux gouvernements, en éducation et même dans des domaines comme les sports, il reste du travail à abattre pour accroître la participation des femmes. Les bienfaits de tels progrès se répandent dans l’ensemble de la société, et des avancées dans un domaine peuvent générer des résultats positifs dans d’autres secteurs. L’éducation en est un excellent exemple. Une étude réalisée en 2009 qui a suivi des femmes dans 219 pays pendant près de 40 ans indique que le taux de mortalité infantile diminue de 9,5 % pour chaque année d’études supplémentaire chez les femmes en âge de procréer. L’éducation aide aussi les femmes à intégrer la population active en plus grand nombre, qui est une façon infaillible de stimuler la croissance économique.

Lorsque davantage de femmes travaillent, l’économie croît. L’Organisation des Nations Unies estime que la moitié de la croissance économique enregistrée dans les pays de l’OCDE au cours des 50 dernières années est directement reliée à l’augmentation de l’égalité dans l’éducation et de la présence des femmes au sein de la population active.

Les avantages de la présence des femmes au sein de la population active sont nombreux et indéniables, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour en maximiser le plein potentiel. Des statistiques remontant à 2013 confirment que le rapport emploi-population pour les femmes est de seulement 47,1 %, bien en deçà de celui des hommes, qui est de 72,2 %. En plus de cela, les femmes sont moins bien rémunérées que les hommes, gagnant seulement 60 à 75 % du salaire des hommes dans la plupart des pays. Selon les estimations, si ces écarts étaient éliminés, l’économie mondiale croîtrait de 17 billions de dollars américains.

Les gens pourraient être tentés de dire que la situation est bien meilleure au Canada, et, bien que cela soit vrai en grande partie, il est toujours possible de faire mieux ici, dans notre propre pays, et il faut continuer à expliquer pourquoi cela est si important. Nous nous considérons comme des leaders dans le monde, et cette question touche un domaine dans lequel nous pouvons prêcher par l’exemple – et où nous avons les moyens de le faire. Nos réussites traceront la voie à suivre pour des pays en voie de développement, mais nous devons passer à l’action pour nous assurer de concrétiser ces réussites. L’une de ces réussites sera de combler l’écart salarial entre les hommes et les femmes, écart qui demeure un problème, car le Canada accuse un retard par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE à ce chapitre. Selon des données de Statistique Canada publiées en 2017, les femmes qui travaillent à temps plein ne touchent que 74,2 cents pour chaque dollar gagné par les hommes. Cette disparité nous empêche de bâtir l’économie la plus forte possible.

Voilà pourquoi, alors que nous célébrons la Journée internationale des femmes en nourrissant beaucoup d’espoir pour les femmes partout sur la planète, nous devons nous rappeler de voir cette occasion comme un appel à l’action au nom de toutes les Canadiennes aussi. Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour être des leaders en créant une société qui est fondée sur la parité entre les sexes. Voilà pourquoi nous devons continuer à exiger des progrès.